Les cancres de la transparence

Transparence, quand tu nous tiens… Depuis 2005, nos chères éminences sont tenues de déclarer chaque année leur liste de mandats (rendue publique) ainsi que l’état de leur patrimoine (gardé secret sauf en cas de procédure judiciaire). Comme chaque année, quelques « négligents » ou je-m’en-foutistes ont « omis » de rentrer l’une et/ou l’autre… Avec quelques surprises.

Les rebelles

Au rayon des « même pas peur », on trouve surtout des bourgmestres, tous « coupables » de n’avoir pas déclaré leur patrimoine mais bien leurs mandats : Luc Bouveroux (MR – Assesse), Jean-Pierre Dardenne (MR – La Roche-en-Ardenne), Daniel de Laveleye (cdH – Ohey) et Jean-Jacques Flahaux (MR – Braine-le-Comte). En postulant que la discrétion patrimoniale soit héréditaire, on peut y ajouter le député Denis Ducarme (MR aussi)…

Les distraits

À en croire leur réaction, ils ont « oublié » de rentrer leur devoir de vacances : la sulfureuse députée-échevine des Sports de Charleroi Ingrid Colicis (PS) et le tout aussi sulfureux sénateur-bourgmestre de Dinant Richard Fournaux (MR). Ils ont promis la main sur le cœur de rentrer leur déclaration de patrimoine, tout comme monsieur le secrétaire d’État Bernard Clerfayt (FDF), qui se fera un plaisir d’y joindre sa liste de mandats. Ainsi qu’Ernest Glinne, ex-futur président du PS toujours conseiller communal Ecolo à Courcelles.

Les ex

Ils étaient mais ne sont plus – et n’ont pas envie de se faire ch… à déclarer ce qu’ils faisaient dans le passé : l’ex-député Mohammed Boukourna (PS – n’a oublié « que » son patrimoine), l’ex-chef cab et (toujours ?) éminence grise de Charles Picqué Henri Dineur (PS) et les ex-bourgmestres de Dour Yvon Harmegnies (PS – « que » son patrimoine) et de Gerpinnes Roland Marchal (PS – « que » son patrimoine).

Les Flamoutches

Pointons pêle-mêle les anciens députés Claude Marinower (Open VLD) et Stijn Bex (Spirit), la députée flamande et ex-secrétaire d’État AnissaTemsamani (SP.A) ou la sénatrice Freya Piryns (Groen !).

La cerise sur le gâteau

Pour conclure en beauté, le lauréat toutes catégories de l’année 2008 n’est autre que le chantre de la « goed bestuur », premier à cracher dans la soupe corrompue de son ancien boulot : Rudy Aernoudt ! Il n’a remis ni l’une, ni l’autre. L’ex-futur Premier ministre rêvé par certains ferait bien de remettre ses petits papiers en ordre s’il veut conserver un semblant de crédibilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *