Le baromètre cybernétique de La Libre

On l’attendait depuis longtemps (le dernier datait du 8 juin), il a enfin débarqué lundi, le tout frais baromètre politique trimestriel de La Libre Belgique.

Pourquoi ce retard ?

La rédaction confie qu’il a fallu s’adapter à la nouvelle méthode de sondage. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le changement est tout sauf anecdotique : d’une enquête téléphonique (coûteuse mais largement représentative), on est passé à un baromètre « confectionné via l’Access Panel On-line de Ipsos, constitué de 65 000 individus représentatifs de la population belge âgée de 15 ans et plus et connectés à Internet » en précisant qu’il y avait, à côté, quand même « 2 000 Belges âgés de 18 ans et plus », sans doute sondés par téléphone. Le sondage représentatif que voilà ! La Libre a donc, par souci budgétaire, questionné des non-électeurs (de 15 à 18 ans) et délaissé de vrais électeurs, trop âgés, trop pauvres ou simplement pas intéressés par le Web !

A quand le vote par Internet, histoire de définitivement priver de leur droit le plus essentiel ces parasites encore réfractaires à la toile ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *