La FGTB soutient la CSC… Damilot inspire la grève

À deux mois des élections, la FGTB a invité les partis à se positionner vis-à-vis des problèmes d’emploi et de pension. Si pour le VLD, le SP.A et le CD-V, la régionalisation est la solution à tous les problèmes, le dossier des pensions a vu l’alliance Reynders (MR) / Schouppe (CDV) défendre les intérêts des pensions des indépendants contre Di Rupo (PS) qui, lui, prônait de raser gratuit. Quant à Joëlle Milquet (cdH), elle-ci souhaitait plutôt que lon parle d’un service minimum dans les transports en commun, ce qui lui valut une sérieuse mise en garde des participants. Plus original ensuite, Isabelle Durant (Ecolo) se perdait dans les méandres de son pragmatisme en proposant un plan qu’absolument personne n’eut compris !

À la sortie de la réunion, la FGTB a décidé de ne pas lancer un appel au soutien pour un parti et a amèrement regretté que le seul syndicaliste progressiste à se présenter le fasse en Hainaut pour la Chambre (PinoCarlino, ex-CSC et avant-dernier candidat Ecolo) !

Histoire de digérer la réunion, les représentants de la FGTB se sont ensuite offert un petit débriefing dans un bistrot des plus proches. Mais par malheur, le repos des guerriers fut vite bouleversé par l’évocation du cas de José Damilot (ex-FGTB Cheminots et candidat PS au Sénat), et la taverne fut prise de stupeurs et tremblements. Le parcours de l’homme ayant été à ce point détaillé, qu’il est clair que le gaillard ne doit plus trop compter sur le seul soutien tant espéré de la FGTB. Et selon certaines sources, il devrait même être reconnaissant que la FGTB ne déclare pas la grève du vote vis-à-vis du parvenu / président socialiste namurois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *